Pietracorbara : l’essentiel

La plage de Pietracorbara en 2008 Vue de la vallée, de la plage et du Castellare La plaine de Pietracorbara
Vue de la vallée de Pietracorbara Eglise et cimetière de Pietracorbra Le hameau de l'Orneto
Le hameau de Pietronacce Le hameau de Lapedina enneigé U Frate

Pietracorbara compte 662 habitants permanents (chiffre officiel 2017). Trente-cinq élèves étaient inscrits à l’école (rentrée 2016). La commune s’étend sur 2615 hectares (26,2 km²). Elle possède une façade maritime de cinq kilomètres. Son territoire s’élève sur huit kilomètres à vol d’oiseau, de sa plage de sable fin jusqu’à la ligne des crêtes dominée par le Monte Alticcione (1139 m). Pietracorbara est composée d’une plaine à l’habitat dispersé et de sept hameaux à l’habitat groupé.

L’histoire de Pietracorbara se fond dans celle du Cap Corse. Durant dix siècles celui-ci vit au rythme des incursions, des saccages, des destructions de villages. Les Grecs, les Romains, les Maures, les Sarrasins et les Turcs débarquent, s’installent puis repartent. Ils sont le flux et le reflux de colonisations temporaires.

A partir de 1100 et jusqu’en 1625, la vallée appartient à des seigneurs féodaux. Les Avogari di Gentilli sont les premiers maîtres des lieux. Ils gouvernent pendant deux siècles. Ils sont ensuite remplacés par des seigneurs de Pise puis les seigneurs de Brando, Nonza et Canari.

En 1625, Pietracorbara dépend directement de la République de Gênes. En 1757, Pascal Paoli – l’homme de l’indépendance de la Corse – en prend le contrôle. Une décennie plus tard, l’île devient propriété de Louis XV, roi de France.

Un « Plan Terrier » est lancé. Il consiste à réaliser une étude de chaque communauté villageoise pour en connaître les richesses et les potentialités. En 1771 les ingénieurs du Plan Terrier dressent la « photo » du village. La communauté compte 658 habitants, 108 hectares de vignes, 22 d’oliviers, 10 de châtaigniers. Au total, 270 hectares sont cultivés sur les 2600 que compte la commune. Les animaux aussi sont dénombrés : 482 chèvres, 288 brebis, 132 cochons, 26 vaches, 21 chevaux, 81 ânes et… 40 poules (!)

C’est au XIXe siècle que Pietracorbara connaît son maximum démographique et économique. En 1802, on dénombre 730 actifs. En 1891 le village est proche des 1000 habitants. La guerre de 14-18 et l’émigration aux Amériques vont casser cette progression. En 1936, la commune ne compte plus que 418 habitants. En 1960 ils sont à peine 210. En 1975, la courbe remonte : 248 ; en 1990 : 365, puis 437 habitants en 1999.

En 2010, pour la première fois de son histoire, Pietracorbara a autant d’habitants en plaine que dans les hameaux traditionnels du haut de la vallée. L’habitat du bas s’est très largement développé (un lotissement de 23 villas a vu le jour en 2008 et le nombre de villas individuelles a été multiplié par dix en sept ans). Le mitage de l’espace en plaine n’a pas empêché de jeunes agriculteurs de remettre en exploitation de vastes surfaces (fourrage, oliviers) bien exposées.

Si la commune de Pietracorbara progresse démographiquement, c’est qu’elle est située dans la zone périurbaine de Bastia (22 km de trajet). Enfin, la commune profite d’un développement touristique soutenu et bien canalisé par des structures d’accueil diversifiées (camping, hôtels, gîtes). La belle plage de sable fin (la première du Cap Corse au nord de Bastia) attire de très nombreux estivants qui goûtent aussi à l’authenticité des hameaux et découvrent un patrimoine bâti (ponts, fontaines, moulins, fours à pain, etc.) particulièrement bien restauré. L’ensemble est valorisé par des associations locales qui proposent des promenades thématiques (à pied et à cheval) ainsi que la découverte des chapelles baroques de la commune.